Rencontre de salopes
Publié le - 529 aff. -

Soumission et dominations : généralités

Dans cet article, nous allons simplement parler de la soumission et de la domination en général et donc nous concentrer sur le cadre. Car le domaine étant plutôt ample, certains sujets ne nous intéresse pas.

La différence entre pratique masochiste et sadique

Déjà, il existe plusieurs penchants dans ces jeux et il faut d’abord faire la différence entre une pratique masochiste et une pratique sadique. Dans le masochisme, la relation entre le dominant/trice et le/la soumis(e), se base sur une acceptation mutuelle des deux partenaires. Le sadique, par contre ne se soucie à peine de la sensibilité de sa victime. Ici donc, nous ne parlerons que de la première forme et vous invite à contacter maitresse kika si vous voulez vivre l’expérience.

Généralités de l’univers des masochistes.

Dans ce monde, il existe deux opposés : les dominants et les soumis. De nos jours, ce milieu est encore tabou, et cette pratique ne fait pas partie des habitudes ordinaires d’un couple normal. Et justement, la question se pose, qu’y-a-t-il à gagner en entrant dans le cercle des pratiquants de ces jeux D/S et SM.

Ce qu’on gagne en pratiquant le jeu D/S et SM

Pour beaucoup, ces jeux sont de vraies cures de jouvence et de maintien de l’épanouissement sexuel. Ils sont attirants du fait de leurs côtés chaotiques et transgressifs. Il faut savoir que ce monde de la domination et de la soumission est déjà partout. En effet, la société nous le présente déjà.

La séance de la domination et soumission

On appelle « séance », les jeux de la domination et de la soumission dans lesquelles, le ou la soumise cherche à se construire une relation d’appartenance à son dominant. Dans ce cas-ci, une sorte de contrat est établit entre les deux pratiquants : une sorte de consentement mutuel sur les rôles de chaque protagoniste et sur les limites à ne pas dépasser. La soumise présente ses limites par ses tabous et ses acceptations. Ainsi, si le ou la soumise ne souhaite pas de violence physique ou alors pas de pénétration, le dominant se doit d’accepter ces conditions et surtout les respecter. Ainsi, il est conseillé et habituelle de convenir d’un « safeword » : un mot ou expression à utiliser pour stopper immédiatement la séance. Car l’objectif reste de se procurer du plaisir l’un envers l’autre et non de nuire à sa santé.

Laissez votre commentaire à propos de cet article